Mes objectifs 2021 – Introduction

Que ce soit sur Twitter, par e-mail ou sur Instagram, on me demande souvent des informations complémentaires concernant certains de mes objectifs. Cet article contient les différents objectifs que je me suis fixés à titre personnel et je communiquerai régulièrement leur avancement au travers d’un article dédié chaque mois.

Comment je fonctionne ?

En 2019, je ne me souciais pas de mes finances et je savais qu’en moyenne, je ne dépensais pas plus que ce que gagnais et cela me convenait. J’ai commencé à m’intéresser aux finances personnelles, aux concepts de frugalité et au mouvement FIRE dès mi-2020 et ce blog à vu le jour en février 2021. Fin 2020, j’avais une vision claire et un plan financier bien en place. Voici la stratégie que j’ai adoptée :

  • Je track mes dépenses et entrées d’argent. Chaque dépense est associée à une catégorie. Cela me permet de les optimiser. Je fais tout cela avec une application, YNAB.
  • À la fin de chaque mois, je reporte l’état de mes comptes sur mon calculateur de fortune nette maison.

Cela me prend environ 30 minutes à la fin de chaque mois, mais me permet d’avoir une vue claire sur mon taux d’épargne, mes centres de dépenses, de connaître ma fortune nette, et les performances de mes investissements.

Quels sont mes objectifs ?

Je vais être totalement transparent avec toi, avant juin 2021, je n’avais jamais pris le temps de me fixer des objectifs sur le papier. Je n’en voyais pas vraiment l’intérêt, car je faisais rigoureusement mon suivi classique, à savoir, les entrées d’argent, les dépenses, le taux d’épargne, mes performances d’investissement, etc.

Sauf que j’avais tort 🙂 Ayant discuté avec un ami qui aspire à être FIRE un jour, il m’a convaincu de l’importance de définir des objectifs ambitieux mais réalistes et de suivre leur progression !

Voici donc la liste que je me suis fixée pour 2021:

  • Placer le maximum sur mes 3ème piliers (6’883.- CHF)
  • Investir 15’000.- CHF en bourse (actions, ETF)
  • Atteindre un taux d’épargne de 50 %
  • S’initier à l’investissement en crypto – 2’000.- CHF
  • Augmenter mon cash de 30’000.- CHF
  • Lire 4 livres de développement personnel ou de finance
  • Produire 35 articles pour mon blog (en français)
  • Traduire 20 articles de mon blog en anglais
  • Atteindre 100 abonnés à ma newsletter
  • Gagner 2’000.- CHF de revenus annexes

Ces 10 objectifs sont ambitieux, mais réalistes. Je vais donc travailler tout au long de l’année pour les atteindre.

Important : je les ai listés par ordre de priorité ! C’est très important de le faire, car ça va te permettre de prioriser tes actions.

Comment vais-je communiquer ?

Comme expliqué plus haut, à la fin de chaque mois, je vais faire mes petites analyses et je communiquerai un article qui détaillera le mois écoulé ! Si tu lis cette page, que le contenu t’intéresse et que tu n’es pas encore abonné à ma newsletter, c’est le moment 🙂 En effet, les abonnés reçoivent toutes mes nouvelles publications par e-mail.

1. Placer le maximum sur mes 3ème piliers

C’est mon objectif primaire. Pourquoi ? Simplement parce que tout ce que je place sur ce type de compte est déductible des impôts ! Le maximum pour 2021 est 6’883.- CHF ce qui me fait donc environ 574.- CHF/mois à placer ! Dans mon cas, j’ai des comptes chez 2 institutions :

À cause de mon contrat de mise en gage sur l’hypothèque chez Axa, je dois verser 413.50 CHF par mois ! Il me reste donc 160.25.- CHF à verser chez Viac.

2. Investir 15’000.- CHF en bourse (actions, ETF)

Second objectif très important ! Mon argent doit travailler pour moi et faire des bébés ! Ma stratégie d’investissement en bourse doit rester simple et rapide. Je ne veux pas passer mes journées à acheter / vendre. Une fois par mois, j’alimente mon compte Interactive Broker et j’investis principalement dans deux ETF :

Ces deux ETF représentent environ 80 % de mon portefeuille, le reste étant diverses actions sous-évaluées (voire massacrées) sur lesquelles j’espère faire un bon rendement en les vendant dans quelques mois / années.

Ma stratégie avec les ETF est clairement sur du long terme (20 ans) alors qu’avec mes actions, le but est de les vendre dès qu’un certain rendement est atteint. Tous les gains que je fais avec les actions, je les réinvestis en suivant ma stratégie de 80% ETF, 20% actions. Je prévois un article qui détaille mon portefeuille et qui explique plus précisément ma stratégie.

3. Atteindre un taux d’épargne de 50 %

Pour investir, il faut de l’argent. Pour avoir plus d’argent à investir, soit il faut en gagner plus, soit il faut en dépenser moins. Le mieux reste de faire les deux. Si tu arrives à gagner plus d’argent sans augmenter ton niveau de vie, tout ce surplus pourra être investi et en principe, plus tu investis, plus ton argent travaille pour toi et plus il fera des bébé 🙂

Atteindre ce taux est assez challenging en ayant un enfant et Madame GP qui travaille à 60 %, mais il reste réaliste. Pour calculer ce taux, je suis obligé de suivre toutes mes entrées d’argent et dépenses. Comme déjà dit, je le fais avec cette superbe application, YNAB.

Note : YNAB est payant et pour cette raison, ce n’est pas la solution la plus frugale. Il existe pas mal de GoogleSheet gratuite également qui te permettent de faire ce job. A toi de voir ce qui te motive le plus 🙂

4. S’initier à l’investissement en crypto – 2’000.- CHF

J’avoue ne pas assez connaître ce monde de la crypto, mais j’ai heureusement des amis qui ne font presque que ça :-). La cryptomonnaie ne s’investit pas réellement dans ma stratégie d’investissement pour le moment. La volatilité des marchés étant trop importante, il ne m’est pas concevable de mettre un gros montant dans ce domaine.

Ayant bien étudié et compris l’écosystème de SwissBorg, c’est le seul endroit où j’achète et stock mes crypto. J’avoue que c’est quand même un peu excitant de te réveiller un matin et qu’une de tes crypto a fait +75 % en une nuit, mais cela montre bien la volatilité de cette technologie. D’un point de vue stratégique, c’est assez basique ; j’achète un peu de crypto de temps en temps, en Bear Market idéalement, et je les stake ! Autrement dit, mon application SwissBorg me rémunère toutes les 24h pour me remercier de « bloquer » des tokens. Vu les montant que j’investis, ça ne couvre clairement pas la volatilité du marché, mais c’est mieux que rien.

5. Augmenter mon cash de 30’000.- CHF

Je suis de nature très prudente et il est important pour moi d’avoir un fond d’urgence assez conséquent pour pouvoir essuyer une période éventuellement compliquée. Dans toutes les lectures que tu peux faire sur l’indépendance financière ou le mouvement FIRE, un fond d’urgence est obligatoire ! Ayant une famille avec des enfants, ce fond d’urgence n’est pas une option dans mon cas 🙂 Quant au montant, à toi de savoir combien il te faut pour vivre « x » mois.

Même si mon fond d’urgence actuelle est bien plus élevé que ce montant, avoir un tel objectif me force à être rigoureux dans le suivi de mes dépenses et ça va me permettre d’atteindre mon objectif de taux d’épargne de 50% 🙂

6. Lire 4 livres de développement personnel ou de finance

J’adore lire des livres au format papier, mais je ne le fais pas assez souvent. Parfois, il faut savoir prendre du recul et sortir notre esprit de l’informatique, des réseaux sociaux, etc. Les livres sont un très bon moyen pour sortir de cet engrenage et permettent d’approfondir des sujets que je n’aurais pas forcément étudiés en détail si j’étais resté sur Internet. La page « Livres » contient de très bonnes références :-). Je profite également de ce paragraphe pour te donner directement les liens vers mes livres préférés.

Si tu commandes au travers de ces liens, je toucherai une petite commission 🙂 Merci d’avance.

7. Produire 35 articles pour mon blog (en français)

J’étais hésitant sur cet objectif, car je ne veux pas tomber dans un cercle où cet objectif me pousse à produire du contenu juste par peur de ne pas atteindre les 35 articles. Même si j’ai fixé cet objectif, il ne m’influencera pas sur la fréquence des publications ! L’objectif de ce blog est clairement de produire des articles dont le contenu reflète de ma propre expérience où éventuellement d’une expérience vécue par quelqu’un d’autre que je connais personnellement.

8. Traduire 20 articles de mon blog en anglais

J’ai très vite compris que mes articles en français plaisaient à une population francophone (Suisse ou France), mais que mes compatriotes germanophones n’allaient pas lire les articles. Ne maîtrisant malheureusement pas assez l’allemand, je ne peux pas traduire les articles dans cette langue, mais en anglais oui. C’est une tâche qui n’est pas compliquée, mais qui est très Time Consuming. Je le mets comme objectif, car en plus espérer attirer une audience plus large, c’est un excellent exercice pour moi.

9. Atteindre 100 abonnés à ma newsletter

Il ne faut pas se le cacher, le fait d’avoir des personnes qui aiment le contenu que je produis et qui s’abonnent à la newsletter est une grande source de motivation. Je ne parle pas d’aspect financier, car mon blog ne me rapporte presque rien aujourd’hui, mais réellement de la source de motivation à continuer ce blog. Si tu lis cet article et que tu l’aimes, abonne-toi si ce n’est pas encore fait 🙂

N’hésite pas à partager ce blog.

10. Gagner 2’000.- CHF de revenus annexes

Pour ce dernier objectif, j’aimerais atteindre 2’000.- CHF de revenus annexe. En effet, en travaillant à 100% et ayant une vie de famille, il est difficile d’ajouter une autre source de revenu. Pour atteindre ce montant, je compte beaucoup sur des revenus passifs (dividendes, trafic publicitaire sur mon site, affiliations) et un petit peu sur des sources actives (support informatique à des privés, répondre à des sondages, vente d’objets non utilisés, etc.).

Conclusion

Woooaw, je suis content d’avoir fait cet exercice de mettre sur papier mes objectifs ! Etant réticent au départ, je me rends compte que c’est un très bon exercice et qu’il m’a permis de clarifier bon nombre de petits points ! J’espère que ce nouveau type de contenu mensuel va t’intéresser !

Autres articles qui pourraient t’intéresser

8 réflexions sur “Mes objectifs 2021 – Introduction”

  1. Hello,

    En lisant cet échange, je me rends compte à quel point je suis chanceux d’être solitaire et de ne pas avoir à compter avec ces deux contraintes que sont « femme + enfant(s) ». J’ai toujours dit en rigolant à mon entourage que je n’avais pas les moyens d’avoir une femme et encore moins des enfants. Je suis donc très très mal placé pour te donner des conseils car je joue en mode « easy » alors que tu es obligé d’évoluer en mode « nightmare » (difficult, c’est pour les couples sans enfant) mais je vais quand même essayer, désolé si je suis un peu… brutal.

    Les gosses, s’ils sont assez mature pour comprendre le but de l’exercice, c’est important de les éduquer le plus tôt possible sur la valeur de l’argent et sur le fait qu’on a rien sans rien, bla bla bla… Après, c’est un peu la loterie, soit ils sont réceptifs, soit c’est peine perdue. Il y a 30 ans, j’avais un pote qui exigeait des habits de marque alors que moi je récupérais les habits de mon frère et je ne me posais pas de question, j’étais un gamin facile. En revanche, je suis pas certain que de calmer un enfant en lui achetant une babiole ‘made in PRC’ soit viable, que ce soit d’un point de vue frugal (tu l’as déjà compris) et d’un point de vue durable ( -> les problèmes énergétiques et climatique sont des enjeux que le 90% des frugalistes ne prennent pas en compte dans leur projections et seront à mon avis la cause de l’échec de la règle des 4% qu’ils cherchent à atteindre). Lors de mes voyages, j’ai vu des gosses parcourir plusieurs km à pied matin et soir pour se rendre de leur village à leur école et devoir ensuite aider leur parent à bosser dans les champs. Je crois pas qu’un enfant sera traumatisé à vie en lui disant « non » dès qu’il pleure pour avoir son jouet et donner des limites ça fait partie de l’éducation. Mais bon, finalement vous faites marcher l’économie et c’est bon pour mes actions donc… à vous de voir.

    L’identification des dépenses est cruciale dans une démarche ‘FIRE’ et c’est ton meilleur allié pour convaincre ta partenaire. En détaillant 1 année de dépenses, tu peux montrer combien vous avez dépensé et économisé (situation réelle). Tu peux ensuite présenter un budget en maximisant l’épargne, donc en réduisant les dépenses au maximum (budget radin) et tu peux ensuite montrer un budget intermédiaire en laissant plus de marge dans les dépenses mais toujours mieux que la situation réelle. En prouvant par A+B que le budget intermédiaire permettra de ne pas rester pauvre toute votre vie, ça devrait normalement déclencher quelque chose. Mais pour ça, il faut passer par une période d’analyse qui peut être mal perçue par l’autre, comme tu le dis. Si tu peux pas le faire sur 1 année, tu extrapoles, c’est moins précis mais ça joue aussi. S’il n’y a pas de déclic après avoir affiché un objectif clair ou que chaque dépense est source de dispute, tu vas devoir choisir entre une vie de famille harmonieuse ou une retraite (très) anticipée. Pour avoir les 2, il te reste l’Euromillion.

    Si ça peut t’aider, tu peux lire ce sujet : https://www.mustachianpost.com/fr/2021/01/25/mme-mp-n-a-plus-de-frustration-avec-notre-budget-de-couple/

    1. Salut Koobor et merci de ton partage ! Ta sincérité est touchante 🙂 Je te rejoints dans ton point de vue. J’avais les mêmes discours que toi avant d’avoir un enfant. Même si nous tenons notre ligne directrice en terme d’éducation, il est certains que chacun devras adapter sa vision comportementale idéaliste qu’il aimerais avoir avec ses enfant de temps en temps. Je sais pas quelle proportion d’argent cela représente dans le cas de la problématique de Eluc, mais je penses effectivement que s’il en parle, ça doit être un point qu’il doit optimiser 🙂 Ton approche de démontrer par A+B les dépenses et les potentielles optimisations disponibles, est à mon avis, une bonne solution (je l’utilise moi-même et Mme. GP est très receptive à ça). Effectivement, le plus compliqué est de passer cette période de tracking rigoureuse avant d’avoir des données concrètes à présenter.

  2. C’est super que t’aies mis ça noir sur blanc, bravo. Je me réjouis de voir la progression (et de voir où tu en es, vu qu’on est déjà en août !)

    Tes 3 premiers objectifs, nous les avons en commun apparemment 😉

  3. Salut Mr. GP,
    Merci pour cette article intéressant. Je lis sur tous les blogs de finance qu’il faut réduire ses dépenses et faire un budget. Je me suis lancé au 1er janvier de cette année après un peu plus d’un mois de préparation pour être prêt dès le début de l’année. Je me suis vite rendu compte que c’était un travail long et fastidieux, en tous cas au début pour trouver sa routine et définir ses catégories etc… (à noter que je travaille dans ma proche spreadsheet, je ne souhaite pas donner mes données à une compagnie privée ni que les infos soit dans le cloud comme avec YNAB, je dois donc assumer quelque peu la difficulté supplémentaire au début).

    Après 6 mois mon fichier est bien avancé avec encore quelques manques et optimisation à faire et peut être un peu de simplification, je suis parti avec beaucoup trop de sous-catégories, alors que la plupart se contentent des catégories de bases. Par ex. Supermarché nourriture, produits de ménage et produits de soins pourrait tous être dans une seule catégorie supermarché au lieu de 3, cela évite de se parcourir 30 à 50 tickets de caisses par mois pour dispatcher ligne par ligne les catégories.

    Sur le mise en oeuvre rien de bien insurmontable au final par contre mon très gros problème, étant aussi père de famille, c’est d’embarquer ma femme dans le processus. D’autant plus que dans notre cas elle n’a pas de revenu actuellement, on vit sur un seul salaire, et donc c’est elle qui dépense aussi une grosse partie en achat pour la famille et la maison car elle a le temps de le faire.

    Sur le principe elle était intéressée à l’idée de savoir où va notre argent et là on pourrait optimiser un peu, mais en pratique cela ne marche pas du tout. Elle se sent à présent espionnée dans dans tout ce qu’elle fait car je regarde toutes les factures et tickets, et c’est extrêmement frustrant pour elle.

    C’est aussi frustrant pour moi car même si je fais des efforts pour moins dépenser et débarrasser le superflu dans la maison, elle est toujours de retour d’un magasin sourire au lèvre avec sa nouvelle trouvaille, les nouveaux jouets pour les enfants ou un nouveau meuble IKEA pour ranger les nouvelles choses achetées qui traînent dans le salon ou les chambres, ce qui est à l’encontre de mes objectifs personnel. Elle n’est pas non plus capable d’évaluer un budget nécessaire dans une catégorie dont elle seule dépense (services de soins par exemple) car elle a peur de devoir se justifier si cela ne correspond pas ou se sent restreinte à réduire (mais si j’affirme toujours le contraire).

    Mon idée est de faire des catégories personnelles et catégories objets pour la famille (un peu moins détaillées que maintenant) sur lequel je définis un budget global et que je ne vérifie pas les dépenses. Par exemple en versant sur nos comptes personnels. Mais étant actuellement pas très large sur nos dépenses et n’ayant pas assez de recul sur nos besoins à moyen terme, je n’arrive pas à définir un budget pour cela.

    As-tu des conseils pour surmonter cela? Comment vous faites chez vous? Tu suis toutes les dépenses de la famille au francs près ou tu es coulant et vous avez une partie qui part sur vos comptes personnels qui n’est pas suivis derrière? Si oui, vous verser la totalité de tous les revenus sur le compte communs et repartager après ou chacun se garde une partie pour lui qui n’est pas détaillé dans les comptes?

    J’ai vraiment besoin de conseil car j’aimerais continuer à suivre nos dépenses et fortunes afin de pouvoir attribuer une partie pour le 3a (malheureusement je suis le seul à pouvoir l’alimenter car ma femme ne travaille plus, elle n’a pas le droit d’épargner en 3a) et une fois le 3a plein pour des investissements mais aussi laisser la liberté de chacun dans le couple pour ne par créer de frustration.

    1. salut Eluc et merci beaucoup pour ton grand commentaire ! J’adore ! Je comprend ton point de vue concernant l’utilisation d’application cloud et ta crainte concernant l’utilisation de tes données personnelles. Je suis aussi assez regardant la-dessus, mais après avoir commencer avec une feuille Excel, c’était trop compliqué pour noter tout nos dépenses au fil des jours.

      Pour la catégorisation de tes dépenses, effectivement tu peux vite avoir beaucoup de catégorie. Tout dépend du niveau de statistiques que tu désires avoir. Dans mon cas, j’ai débuté avec vraiment beaucoup de catégories (environ 50) et je ne le regrette pas, car ça m’a forcé à faire des recherches précises sur le coûts de chacun de mes postes de dépenses. Une fois que j’avais une vue très claire des mes postes de dépenses, j’ai pu commencé la phase d’optimisation par catégorie. Résultat, certaines catégories ont simplement été supprimée ou certaines regroupée. De manière générale, j’ai toujours pas mal de catégorie. Avec YNAB c’est pas compliqué car il mémorise tes dépenses, tes « payees » et il te repropose directement la même catégorie après coût. Tout est une histoire de feeling et de volontée, mais ce qui est certains, c’est que si tu veux commencer par réduire tes dépenses en les optimisants, il faut avoir une vue très granulaire.

      Concernant ta compagne, c’est certains qu’il est plus simple d’arriver a de bons résultats si elle adhère également à ton concept. Dans mon cas, au lieu d’approcher le sujet sur une base financière pure, j’ai opté pour un discours orienté « sécurité ». Elle a bien appréciée. Elle n’aime par contre pas utiliser l’application alors pour le moment elle maintient un carnet papier. Ca lui convient et moi je saisie une fois par semaine le tout dans YNAB. Il faut faire attention à bien expliquer la raison de ce tracking. Si une personne commence à ressentir une frustration, c’est compliqué. Nous avons également un compte ménage (compte commun) et pour le moment, j’ai donc trois budgets (le mien, le compte ménage, et celui de ma compagne). C’est pas très pratique, mais pour le moment c’est comme ça que je travaille 🙂

      J’avais lu pas mal de chose sur les stratégies de budgeting et surtout comment éviter ce sentiment de frustration et d’espionage. Une des solutions est d’avoir une catégorie « Fun money » et « Tout ce que j’ai oublié de mettre au budget ». Avec le fun money, tu achètes ce que tu veux, mais tu ne dépasses pas le budget, c’est la seule règle ! Si ta compagne dispose d’une telle catégorie, elle se sentira éventuellement plus « libre » de ces achats. La seconde catégorie est celle qui faut analyser en détail à la fin du mois. En principe, ce que tu mets dans cette catégorie, devra être une catégorie a part entière par la suite.

      J’espère avoir répondu à tes questions et je t’encourage vraiment à continuer dans tes efforts ! Un jour ça va payer ! Je ne sais pas si tu es déjà abonnés à ma newsletter, mais si ce contenu te plait, hésite pas 🙂 Je vais publier régulièrement des info sur cette thématique ! Je suis aussi sur Twitter 🙂

      1. Merci pour ta réponse, oui désolé, j’aime écrire beaucoup, d’ailleurs aussi démarré un blog soit-dit en passant (désolé pour la pub gratuite). Pour le budget, je suis en effet encore en phase d’expérimentation (depuis bientôt 8 mois), j’avais vraiment envie d’être très granulaire en faisant plein de sous-catégorie, mais je crois que je vais devoir faire marche arrière et regrouper certaines.
        La catégorie Fun money ou libre ou non suivie, chacun la nomme comme il le sent, est vraiment quelque chose que je dois mettre en place et que j’avais prévu déjà le début, mais le problème est que je dois toujours suivre les dépenses pour savoir ce qui va dans cette catégorie, par exemple si quelque chose a été payé avec une carte de crédit commune. Je me suis dis, il suffit de verser le montant sur le compte perso de chacun et ces dépenses ne peuvent que ce faire depuis ce compte (sauf urgence, là on peut s’arranger) mais pour cela il faut être très au clair et d’accord sur ce qui est ou non dans cette catégorie (ou ce groupe de catégorie). Par exemple je vois qu’on dépense une sommes importante dans 2 catégories: cadeaux hors-ménage (tous les petits ou gros cadeaux pour la famille et les amis, anniversaire, noël, naissance, mariage, etc…) ainsi que tous ce qui est shopping d’objets pour la famille/enfants (cela va des gros cadeaux d’anniversaire et Noël au petits jouets pour calmer le crise au super marché en passant par les magazine pour enfants et tous les trucs pour faire des bricolages ou autre). Ces 2 catégories sont bien trop élevées à mon goût mais si je le mentionne je passe pour le gros radin de service. Je savais qu’on dépensait beaucoup et j’ai dès le début réservé une partie qui me paraissait confortable dans le budget, mais on l’a explosé en 6 mois et Noël n’arrive qu’en fin de course, ce qui devrait compter pour 20-30% à lui seul. Ce genre de catégorie est compliquée car c’est noyer dans des tickets de supermarché, des payement cash et c’est parfois là que cela touche la corde sensible.

        Une solution possible mais qui reviendrait à passer la patate chaud, serait de regrouper le budget de ces catégories + budget perso de madame (inclus sortie, voyage, objets personnels et peut être même services de soins et habits) et la laisser gérer elle-même (donc probablement sans suivis et sans budget).
        Je ne suis clairement pas sûr que c’est un bonne idée mais si il y a réticence pour faire un suivis détaillés, je ne vois pas trop d’autre solution. Qu’en penses-tu?

        1. Hello. Si tu dois « convaincre » ta compagne, je pense qu’il ne faut pas trop compliquer les choses au début. Après, je ne peux pas vraiment te conseiller concernant ta façon de fonctionner en interne avec ta famille, mais si tu as des cartes de crédits, ça complique un peu les choses effectivement. A titre personnel, nous utilisons presque jamais les cartes de crédit et nous avons un compte ménage commun avec deux cartes. Chacun alimente ce compte en fonction de nos besoins mensuels (en fonction du budget) et de nos capacité financière. Concernant tes grosses dépenses dans les sujets mentionnés, je pense que c’est facilement des catégories de dépenses optimisables. Il faut essayer de chercher des cadeaux moins onnereux dans tous les cas et peut-être essayer d’éviter d’en faire quand il n’y a pas une bonne raison 🙂 J’ai souvent lu que certains privilégaient des cadeaux fait-maison au lieu d’acheter des objets tout fait. Comme Madame n’a pas de revenu, je pense qu’il devrait être possible de lui faire comprendre qu’elle doit respecter un budget « perso ». Pour éviter la frustration et le sentiment de se faire « espionner », l’idée de lui donner une enveloppe mensuelle, est une bonne idée. Elle fera ce qu’elle veut avec, mais elle devra faire avec le montant convenu. C’est très difficile pour moi de te conseiller la-dessus car, apparemment, tu connais et comprend les concepts idéaux, mais tu as juste un frein « interne » que seul toi sait vraiment comment l’aborder.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *