Revenus VS dépenses – Quel levier favoriser pour améliorer ton Fuck-You-Number ?

Quel levier actionner pour augmenter ton Fuck-You-Number ? C’est la réponse à laquelle je vais essayer de répondre dans cet article.

Dans ce blog, on parle de finances personnelles, mais surtout d’indépendance financière. Cet objectif d’indépendance consiste à atteindre un niveau de fortune investi qui te permet de vivre financièrement de manière indépendante. Autrement dit, les rendements de tes placements et autres investissements te permettent de vivre sans ou en travaillant très peu. Pour savoir combien il te faut amasser de fortune pour arrêter de travailler, je te conseille d’aller lire l’article suivant :

Dès que tu sais quel montant (qu’on appellera le « Fuck-You-Number » ) il te faut atteindre pour vivre de tes investissements, tu aimeras savoir combien de temps il te faudra pour atteindre ce montant. C’est à ce moment que connaître ton taux d’épargne te sera utile et que tu voudras l’améliorer.

Pour rappel, voici comment on obtient ce précieux indicateur.

Taux d’épargne = ( ( Revenus – Dépenses ) / Revenus ) x 100

Goldenpioche.ch

Pour l’améliorer, tu as plusieurs leviers disponibles.

Comment améliorer mon taux d’épargne ?

Si tu veux augmenter ce taux, tu as le choix entre :

  • Augmenter tes revenus
  • Diminuer tes dépenses

Évidemment, la meilleure option reste d’arriver à faire les deux. Pour les personnes ne se souciant pas vraiment de leurs finances personnelles, on observe souvent la tendance suivante :

  • Augmentation des revenus –> Augmentation du niveau de vie, donc des dépenses

Ce phénomène est fortement psychologique et sociétal. En effet, quand quelqu’un augmente ses revenus, il augmente son pouvoir d’achat et souvent cela, débouche sur une augmentation de son niveau de vie. Au final, dans cette situation, l’augmentation des revenus n’influence pas ou très peu le taux d’épargne.

Levier 1 – Augmenter tes revenus

Le premier levier sur lequel tu peux travailler c’est l’augmentation de tes revenus. En règle générale, les gens se focalisent en premier sur cet aspect. Nous en rediscuterons plus tard 🙂 Ce levier est intéressant, car il est théoriquement infini. En effet, d’un point de vue théorique, il n’y a pas de plafond pour gagner plus d’argent. Peut-être qu’aujourd’hui, ta seule source de revenu est ton salaire, mais que dans 5 ans, tu possèdes 5 sources de revenus et que ton salaire ne correspondra plus qu’à 50% de tes revenus.

Les moyens pour actionner ce levier sont infinis :

  • Demander des augmentations de salaire
  • Changer de travail
  • Investir ton argent et encaisser les dividendes
  • Avoir un second job
  • Vendre tes services à des tiers (dépannage informatique, couture, travaux, etc.)
  • Louer ton bien immobilier (à 100% ou en mode ponctuel lorsque tu ne l’utilises pas)
  • Louer ta voiture

Bref, tu l’as compris, il existe de nombreux moyens de gagner plus et il n’y a aucune limite au montant. Le seul paramètre limitant est le temps que tu as à disposition.

Important : ce levier fonctionne uniquement si tu es strict et que tu n’augmentes pas ton niveau de vie. Si tu es satisfait de ton niveau de vie avec 6’000.- CHF/mois et que demain, tu gagnes 8’000.- CHF/mois, ne dépenses pas 2’000.- CHF en plus, sinon ton effet de levier sera nul.

Levier 2 – Diminuer tes dépenses

Le second levier est la diminution de tes dépenses. Cet axe est très intéressant, car il va te permettre de remettre en question ta façon consommer et d’optimiser certaines dépenses obligatoires comme les assurances ou les différents abonnements que tu possèdes.

Contrairement au revenu, la diminution des dépenses n’est pas infinie. En effet, tout le monde à des obligations financières telles que les impôts, assurance maladie obligatoire, etc. Cependant, il est possible de réduire de nombreux centres de coûts en les optimisant.

Ouaiiis mais c’est nouveau un truc de frugaliste extrêmiste… Je ne veux pas vivre dans la privation et dans la frustration… On n’a qu’une vie, il faut en profiter…

Kevin Legrincheux

Kevin Legrincheux a raison, mais il a également tort. Premièrement, pas besoin d’être frugal pour diminuer certaines dépenses. Personne, frugal ou pas, n’aime payer des impôts en trop ou encore payer 20% plus cher pour une assurance couvrant les mêmes risques et délivrant les mêmes prestations qu’une autre. Par contre, il ne faut pas tomber dans l’extrême et vivre une vie de privation et surtout de frustration. Augmenter son taux d’épargne, investir de l’argent, économiser, etc. sont toutes des activités que tu devras faire sur le long terme (des dizaines d’années probablement) d’où l’importance de trouver un juste milieux, mais ne pas vivre frustré.

Si tu veux savoir où économiser de l’argent, tu peux consulter ma checklist que je maintiens à jour au fur et à mesure de mes articles :

Tu y trouveras une série d’articles précis sur comment économiser ou optimiser tes dépenses dans des domaines comme la nourriture, les transports, la téléphonie ou encore l’électricité. Bien que certains domaines puissent être facilement identifiables, je te conseille de faire un budget et de faire le suivi de tes dépenses. Cela te permettra d’avoir une vue beaucoup plus granulaire de tes dépenses, mais aussi de tes rentrées d’argent.

Sur quel levier se focaliser ?

Bien qu’il soit nécessaire de travailler sur les deux axes, il est légitime de se demander où placer l’effort en priorité. La majorité des gens répondront : les revenus.

Avant que je commence à m’intéresser sérieusement aux finances personnelles, je pensais exactement comme ça. Dans mon esprit, pour économiser plus (oui, car avant, je n’investissais pas), je devais absolument gagner plus. Pour une raison étrange, je me disais qu’il était plus simple de changer de job ou demander une augmentation de salaire que de passer en revue mes dépenses.

Après deux ans d’investissement personnel dans ce domaine, je peux t’expliquer pourquoi je pense qu’il est plus intéressant, dans un premier temps, de se focaliser sur la réduction des dépenses.

Pour la suite de l’article et comme exemple, on va dire qu’il te faudrait 2’000’000.- CHF pour être indépendant financièrement. (4% de 2’000’000 = 80’000.- CHF de dépenses annuels pour vivre).

Heuuu il sort d’où ce 4% dans ta formule ???

Kevin Legrincheux

Bonne remarque ! Ce 4% représente mon taux de retrait annuel une fois indépendant financièrement (Withdrawal Rate). Bien que ce nombre puisse être un peu inférieur, 4% est utilisé comme valeur de référence et d’exemple. J’explique brièvement ce concept dans l’article précédemment mentionné. Pour plus de détails, tu peux consulter l’étude officielle : https://www.aaii.com/journal/199802/feature.pdf

Combien de temps pour atteindre 2’000’000.- CHF ?

Maintenant que tu sais qu’il te faut autours des 2’000’000.- CHF avant de pouvoir atteindre ton indépendance financière, tu voudras savoir combien de temps cela va te prendre. La réponse à cette question dépend de :

  • Combien tu possèdes actuellement
  • De ton taux d’épargne

Imaginons que tu possèdes déjà 100’000.- CHF de fortune. Il te manque donc 1’900’000.- CHF. Pour la simulation suivante, on va prendre les chiffres ci-dessous :

  • Revenus annuels nets : 100’000.- CHF
  • Dépenses annuelles : 80’000.- CHF
  • Taux d’épargne moyen : 20% (20’000.- CHF/an)
  • Rendement moyen de tes investissements : 5%
  • Taux de retrait projeté : 4% (4% de 2’000’000 = 80’000)

Avec ces données, il te faudra un peu plus de 32 ans avant de pouvoir arrêter de travailler et vivre de tes placements. Imaginons que tu as actuellement 34 ans, donc tu atteindras ton Fuck-You-Number à 64 ans. Pas terrible… Deux scénarios s’offrent à toi.

  • Tu augmentes ton revenu moyen à 120’000.- CHF (+20 %)
  • Tu réduis tes dépenses de 20%, soit à 64’000.- CHF

Scénario 1 – 20% de revenus en plus

Avec ce premier levier, tu vas gagner plus et donc augmenter ton taux d’épargne, pour autant que tu ne dépenses pas plus. Pour le calcul, on va dire que tu n’augmentes pas ton niveau de vie.

  • Revenus annuels nets : 120’000.- CHF
  • Dépenses annuelles : 80’000.- CHF
  • Taux d’épargne moyen : 34 % (40’000.- CHF/an)

Tu as donc augmenté ton taux d’épargne de 14% et avec ces données, il te faudra donc 23 ans avant de pouvoir arrêter de travailler. Tu as quand même gagné 9 ans !

Scénario 2 – 20% de dépenses en moins

Avec ce second levier, tu gagnes la même chose, mais tu dépenses moins.

  • Revenus annuels nets : 100’000.- CHF
  • Dépenses annuelles : 64’000.- CHF
  • Taux d’épargne moyen : 36 % (36’000.- CHF/an)

On voit donc qu’en dépensant 20% de moins, tu augmentes ton taux d’épargne de 16% et avec ces données, il te faudra donc un peu plus de 21 ans avant de pouvoir arrêter de travailler. Tu as gagné 11 ans !

Résumé

Pour faire simple, voici le résultat de nos deux scénarios :

  • 20% de revenus en plus : tu gagnes 9 ans : FIRE à 57 ans
  • 20% de dépenses en moins : tu gagnes 11 ans : FIRE à 55 ans

Je peux donc dire que se focaliser premièrement sur les dépenses est plus judicieux que sur les revenus ! La raison est simple : En diminuant tes dépenses, tu vas diminuer ton Fuck-You-Number et augmenter ton taux d’épargne. Au lieu d’avoir besoin de 2’000’000.- CHF, tu n’auras besoin que de 1’600’000 (4% de 1’600’000 = 64’000.- CHF).

Magique non ?

En te focalisant uniquement sur les revenus, tu vas uniquement augmenter ton taux d’épargne, mais ton Fuck-You-Number restera identique.

Conclusion

Réduire ses dépenses a un double effet :

  • Augmentation de ton taux d’épargne
  • Réduction de ton Fuck-You-Number

Alors que l’augmentation des revenus, va uniquement influencer ton taux d’épargne. Il est évident qu’à terme, il est idéal de travailler sur les deux leviers, mais dans un premier temps, je conseille fortement d’action celui des dépenses.

Autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.