Comment calculer ton taux d’épargne

Toute personne qui désire commencer à améliorer la gestion de ses finances personnelles devra à un moment ou un autre calculer et suivre son taux d’épargne. Le taux d’épargne n’est rien d’autre que le pourcentage entre la différence de tes revenus et de tes dépenses. Cette valeur est l’un des plus précieux indicateurs financier que tu peux avoir.

Pourquoi connaître cette valeur ?

Premièrement, il est important de connaître cette valeur pour savoir si tu dépenses plus que ce que tu gagnes. Cela paraît bête, mais il y a des personnes qui ne se rendent pas compte de leur réel potentiel d’achat et vivent en dessus de leurs moyens.

Ensuite, si tu suis ou t’intéresses un peu au mouvement FIRE, cette valeur te sera alors indispensable. En effet, elle va te permettre de calculer le temps nécessaire à atteindre ton indépendance financière. Plus ton taux d’épargne est important, plus vite tu auras mis de côté (et investi) la somme nécessaire pour être financièrement indépendant.

Formule de base

Le calcul est très simple et peut se résumer comme ceci.

  • Taux d’épargne = ( ( Revenus – Dépenses ) / Revenus ) x 100

Ou alors:

  • Taux d’épargne = Economies / Revenus x 100

Rien de très complexe la dedans. Toute la complexité se trouve dans la pertinence du calcul. En effet, la thématique de ce blog est les finances personnelles, et qui dit « personnel » dit porte ouverte à tout et n’importe quoi. Bien que différentes opinions existent, je vais te présenter la façon dont je calcule mon taux d’épargne.

Que inclure dans les revenus ?

Les revenus sont tout ce qui peut te rapporter de l’argent. Si tu veux faire simple, tu pourrais te limiter à ton salaire, mais tu vas voir qu’il y a beaucoup d’éléments qu’il faut prendre en compte pour être le plus précis possible. Libre à toi de sélectionner ceux qui te semble pertinent dans ta situation.

  • Ton (tes) salaire(s) nets. On ne prend pas le brute, ça n’a aucun sens.
  • Tes bonus ou primes que tu recevrais au travail
  • Les allocations familiales ou patronales si tu en as
  • Les intérêts bancaires (très faibles dans la majorité des cas)
  • Les dividendes que tu touches de tes investissements en bourse
  • Les éventuels loyers que reçois si tu loues un bien immobilier
  • Les ventes d’objets à des privés (Ricardo, Anibis, etc.)
  • Les différents remboursements (caisse maladie, notes de frais professionnels, assurances, impôts, etc.)
  • L’augmentation de capital suite à la vente de titre (uniquement si tu les vends !)
  • Les différents cashback de tes cartes de crédit
  • Les revenus provenant de programmes d’affiliation (parrainage)
  • Les revenus d’applications en ligne comme par exemple des sondages
  • Tout don ou cadeaux en argent (anniversaire, héritage, etc.)

Certaines personnes prennent même en compte les augmentations mensuelles de la LPP. Personnellement, je ne le fait pas pour le moment, mais il est possible d’estimer ce montant avec la formule suivante :

  • ( Valeur de sortie année X+1 – Valeur de sortie année X ) / 12

Ce simple calcul permet de connaître la valeur totale qui est cotisée conjointement entre toi et ton employeur.

Pour finir, voici quelques éléments que je trouve judicieux de ne pas inclure dans les revenus.

  • L’augmentation de capital des placements en bourses. Tant que le titre n’est pas vendu, tu n’as pas réellement gagné cet argent. Il s’agit du PL (Profit and Loss) non réalisé.
  • Tout transfert d’argent entre mes comptes. L’argent ne fait que de bouger, mais il est toujours à moi.

Tu vois qu’il y a quand même beaucoup de choses à prendre en compte si tu veux calculer tes revenus de manière précise. Passons maintenant aux dépenses.

Que inclure dans les dépenses ?

Ici, c’est plus simple.

  • Tout ce que tu paies avec ta carte de débit / crédit
  • Toutes les obligations (impôts, assurance maladie, voiture)
  • Tous les abonnements récurrents (TV, Internet, Netflix, Abo mobile, etc.)
  • Frais liés à la possession d’un bien immobilier (intérêt sur le crédit hypothécaire, contribution immobilière, etc.)
  • Toutes les taxes (redevances TV, frais de gestion de comptes bancaires, etc.)

Je ne prends pas en compte tous les transferts de compte à comptes, même si c’est sur mon compte d’investissement. Tout comme pour les revenus, je ne vais pas comptabiliser les éventuelles pertes de capital liées à la baisse de valeur d’un titre tant que je ne l’ai pas vendu. Cela est également valable pour les cryptomonnaies si tu en possèdes.

Comment faire ce suivi ?

Effectivement, suivre tous tes revenus et surtout tes dépenses demande pas mal de rigueur si tu veux un chiffre précis. Certaines personnes n’ont pas le besoin ou l’envie d’être aussi précis et vont uniquement se concentrer sur les revenus et dépenses principales. En d’autres termes, elles vont prendre en compte leur revenu principal, souvent leur salaire net, puis soustraire toutes leurs dépenses faites via les cartes de débit et crédit. Cela fonctionne également.

Pour ma part, je profite du fait que je maintiens un budget mensuel avec l’outil YNAB. Ce n’est pas l’outil le plus frugal, car il coûte environ 100$ par an, mais je l’utilise au quotidien et il me facilite grandement la vie. Dans mon cas, je note toutes mes entrées et sorties d’argent dans cet outil, directement depuis mon téléphone portable. Chaque transaction est associée à une catégorie. A la fin du mois, l’outil calcul tout seul la totalité de mes dépenses et de mes entrées.

Il existe aussi des feuilles Excel qui font très bien le boulot. Libre à toi d’utiliser ce qui te convient le mieux. Au final, dès que tu les deux valeurs, tu peux les mettre dans un fichier Excel qui te fera un beau graphique.

Taux d'épargne 2021
Taux d’épargne 2021

De cette manière, il est très simple de suivre ce précieux indicateur.

Conclusion

Calculer et suivre son taux d’épargne n’est pas très compliqué, mais est essentiel si tu veux optimiser et gérer de manière sérieuse tes finances personnelles. J’espère que cet article te donnera l’envie de commencer ou d’améliorer le suivi de ce précieux indicateur financier. Si j’ai oublié un domaine de revenus ou de dépenses possible, n’hésite pas à me le faire savoir en laissant un commentaire.

Si tu veux tester l’outil que j’utilise (YNAB), n’hésite pas à cliquer sur le lien sponsorisé ci-dessous. Je gagnerai un mois d’utilisation gratuite et toi aussi !

Autres articles

(2 commentaires)

  1. Salut Eluc. Merci pour ta remarque ! J’ai relu plusieurs fois mon article ainsi que ton commentaire. Je ne pense pas que ma façon de faire est fausse. En lisant ta phrase « J’ai 100’000 frs d’ETF que je vends (tu dis ajouter ça au revenu) », je pense que tu as mal compris ou que je me suis mal exprimé.

    Prenons l’exemple dans lequel j’achète un titre en janvier 2022 pour 100 CHF. Sa valeur va fluctuer durant les mois, impactant négativement ou positivement ma fortune nette, mais pas mon taux d’épargne (car je ne comptabilise pas les performances de mes placements en cours dans mon taux d’épargne). En juin 2022, je vends le titre pour 120 CHF. J’ai donc fait un bénéfice de 20 CHF. Je vais compter +20 CHF (et non pas +120) de revenu lors de mon calcul de taux d’épargne fin juin. Je prends en compte uniquement le P&L réalisé, soit uniquement le gain ou la perte effective. Si je vends mon titre à 80.- CHF, je comptabiliserais une « dépense » de 20.- CHF sur mon mois de juin. Je devrais effectivement rajouter ce point dans la catégorie dépenses et faire un exemple. J’exclus effectivement l’augmentation en capital de mes titres que je n’ai pas revendus. Il s’agit de la performance non réalisée, qui signifie que tant que le titre n’est pas revendu, ce n’est pas vraiment un revenu empoché.

    Après, chacun est libre de faire différemment. Je sais par exemple que Monsieur TPS ne prend pas en compte du tout les gains en capital dans le calcul de son taux d’épargne. Il les comptabilise exclusivement dans le calcule de sa fortune nette.

    Je ne sais pas si c’est plus clair ou s’il y a encore une subtilité que je n’ai pas comprise dans ta remarque.

  2. Salut GP,
    Il y a pas un truc qui ne joue pas dans ton calcul, ou alors je n’ai pas compris. Si tu vends des titres/ETF/crypto … ce be devrait pas compter comme revenu. Example bête pour s’en rendre compte. J’ai 100’000frs d’ETF que je vends (tu dis ajouter ça au revenu) avec ces 100’000frs j’achète des bitcoins (tu dis ne pas compter ça comme dépense). Le mois d’après je revends les bitcoins car ils se sont crashé et comme tout le monde le sait Bitcoin is dead. J’en récupère 50’000frs, j’en suis à 150’000frs de revenus en plus du salaire. Le salaire est de 100’000frs pour faire simple, dépenses 80’000frs. Épargnes (100’000+50’000+100’000) – dépenses 80’000 = 170’000 « économisé » sur 250’000 de revenu soit 68% de taux d’épargne alors qu’en vrai j’ai perdu 30’000frs de fortune.
    Soit on compte achat et vendre de titres soit on ne les comptes pas mais on ajuste la variation de fortune totale en relevant les valeurs des titres et autres. On peut pas faire que dans un sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.