Checklist – frugalité – La nourriture

Après avoir payé ces obligations (impôts, assurances, etc.) la nourriture figure dans le top 3 des dépenses d’un citoyen suisse d’après plusieurs études. En tête, on retrouve le logement puis la mobilité. Ces deux catégories de dépenses seront bien évidemment analysées dans de futurs articles.

L’alimentation : une histoire de culture

D’après une étude menée par Galina Kolev, professeure d’économie à l’Institut de l’économie allemande à Cologne, il semblerait qu’on puisse parler de préférences régionales en termes d’alimentation. Elle a remarqué par exemple qu’en Grèce, les habitants dépensent en moyenne trois fois plus en restauration qu’en Allemagne.

En Suisse, je n’ai pas trouvé d’étude au niveau national qui mettrait en évidence des différences entre cantons ou régions. Cependant, reste que l’alimentation en règle général, est une source de dépense importante et qui mérite d’être analysée, car elle peut jouer un rôle important sur ton taux d’épargne.

Conseil n° 1 – prépare tes repas pour le travail

Je pense que c’est le point qui ressort à chaque fois, sur chaque blog similaire. Si tu veux diminuer tes dépenses alimentaires, arrête d’aller manger tous les jours au restaurant dans le cadre de ton travail ! En prenant 15 à 30 minutes maximum par jour pour cuisiner tes repas pour le lendemain, tu vas économiser entre 400.- et 600.- CHF/mois et par personne !

Lorsque j’ai commencé mon premier travail sur Fribourg, je mangeais tous les jours au restaurant. C’était top et je pouvais me le permettre puisque j’avais enfin un salaire… Vrais mais pas top comme réflexion ! Manger un repas du jour dans un restaurant proche du travail coûte environ entre 17.- et 23.- CHF et une boisson à 4.- CHF. Tu te retrouves donc à payer entre 21.- et 27.- CHF par jour, soit entre 420.- et 540.- CHF/mois.

Apparté : Au moment d’écrire ces lignes, ça me fait sourire et j’ai du mal à réaliser tout l’argent que je dépensais dans cette catégorie, il y a encore 3 ans…

Ayant mangé quelques fois dans des villes plus chères telles que Lausanne, Genève ou encore Zurich, je te laisse faire ton propre calcul.

Résumons ce qui fait mal :

  • Manger tous les midis au restaurant : 420.- à 540.- CHF/mois sur Fribourg
  • Budget annuel : entre 5’040.- et 6’480.- CHF (pour une personne)
  • Potentiel d’économie brut sur 10 ans : > 50’000.- CHF !

Oui, tu lis correctement. Aller manger en vitesse au restaurant à midi avec tes collègues te coûtera plus de 50’000.- CHF sur 10 ans. Je te laisse faire le calcul si ton conjoint fait de même… En plus de l’énorme économie financière, le fait de préparer tes repas t’apportera d’autres bienfaits :

  • Tu apprends à cuisiner de manière régulière.
  • Tu auras tendance à manger plus équilibré, car tu vas réfléchir à tes repas.
  • Si tu as des enfants, ils hériteront de ton habitude en te voyant cuisiner et ils mangeront tous les jours des plats fraîchement cuisinés et sain.

Bref, tu l’as compris, je viens de te donner l’astuce pour gagner environ 500.- CHF/mois en « travaillant » au maximum 30 minutes par jour. Pour info, cela représente au maximum 10 heures de travail par mois soit un « revenu virtuel » horaire de 50.- CHF/heure. Beaucoup de personnes ne sont pas payées 50.- CHF/h dans leur travail.

Conseil n°2 – Planifie tes repas de la semaine

La planification est le mot d’ordre lorsque tu désires économiser de l’argent dans ce domaine. Je peux comprendre que pour certains, planifier tous ses repas de la semaine peut paraître absurde et pourtant, c’est grâce à cela que tu vas encore faire plus d’économie ! Voici la façon dont je te conseille de procéder :

Etape 1 – Prépare ta liste de repas pour la semaine, midi et soir

Fait le une seule fois par semaine ! Je te conseille de le faire le samedi matin, car de cette manière, tu auras le temps d’aller faire tes courses samedi ou dimanche. Il a deux façons de construire cette liste en fonction de ta priorité : Le temps nécessaire à préparer tes repas ou la qualité et diversification de tes repas. Je m’explique :

  • Version 1 – « Time first, then food«  : tu n’as pas envie de passer trop de temps à cuisiner alors chaque soir, tu vas préparer un seul repas que tu mangeras le soir et le lendemain à midi.
  • Version 2 – « Food first, then time » : Si ça ne te dérange pas de passer plus de 15, 20 minutes en cuisine chaque soir et tu vas préparer un repas pour le soir même et un autre repas pour le lendemain à midi.

Chaque version à des avantages et des inconvénients. La famille GP applique la seconde version, car nous adorons cuisiner (et manger) et nous n’apparentons pas cette tâche comme une corvée, mais plutôt comme une activité en famille. L’avantage de la seconde version, c’est que tu pourras aussi manger de façon plus équilibrée, car tu mangeras des repas plus légers et adaptés au soir et au midi. Exemple : tu prépares de pâtes avec ta sauce à la crème préférée. Ce repas est top pour un midi, mais beaucoup moins pour un soir. L’objectif de ce blog n’étant pas la nutrition, je te conseille de choisir la version qui te convient le mieux.

Si tu sais déjà que cuisiner est une corvée pour toi, commence déjà avec la version 1. Ton objectif est d’économiser sur des repas et d’instaurer une routine que tu vas réussir à suivre.

Aveux personnels : Autant moi que madame GP avons le même soucis de motivation quant il s’agit de cuisiner que pour soi-même. Effectivement, si tu es seul un soir ou que tu n’es pas en couple, il est souvent beaucoup plus compliqué de trouver une motivation régulière pour cuisiner tes repas. Si tu es dans cette situation -> Version 1 ! Voici à quoi ressemble une liste des repas pour la famille GP.

Notre liste de menu de la semaine

Tu noteras que les repas du dimanche sont réservés pour les restes. A force de faire certaines recettes, on sait lesquelles vont donner un peu de reste du coup, c’est idéal pour nous.

Avis spécial bébé : Si comme nous tu as la chance d’avoir un enfant en bas âge, tu connais donc la joie et le plaisir de le nourrir de différentes compotes de légumes et fruits. Le conseil suivant et Win-Win, autant sur le plan économique qu’alimentaire -> Fais les compotes toi-même ! Dans notre cas, nous le faisons deux fois par semaine afin de proposer des préparations les plus fraîches possibles. Quant aux aliments, nous favorisons les produits de saison et Bio même s’ils sont plus cher, car la priorité est la santé de notre enfant bien évidemment.

Rituel bi-hebdomadaire – Préparation des compotes bébé !

Etape 2 – Construis ta liste de courses

Une fois que tu as mis sous papier ta liste de menus de la semaine, tu vas pouvoir élaborer ta liste de courses ! Cette étape ne doit pas être négligée si tu veux que tes économies soient optimisées. Pour chaque recette de la semaine, tu vas noter les aliments nécessaires et les ajouter à ta liste. Ta liste sera composée uniquement des produits alimentaires que tu as besoin pour la semaine qui arrive ! C’est l’astuce clé de cette étape !

Bien évidemment, tu vas en profiter pour acheter d’autres produits non-alimentaire nécessaire à ton quotidien.

Faire sa liste de courses de cette manière présente plusieurs avantages :

  • Aspect financier : tu vas acheter que ce que tu as réellement besoin pour te nourrir durant la semaine.
  • Aspect écologique : tu ne te déplaces qu’une fois au magasin dans la semaine. Tu auras beaucoup moins voir plus de restes périssables
  • Aspect émotionnel : tu vas te prendre au jeu de l’optimisation alimentaire. Tu sais pourquoi tu achètes chaque aliment.

Voici à quoi ressemble notre liste de courses pour une semaine par exemple.

Liste des courses adaptée à nos menus de la semaine

Pense également à noter les quantités nécessaires de chaque aliment que tu vas devoir acheter. Par exemple, si tu as 3 recettes où tu as besoin d’œufs, comptes combien il t’en faut au total au lieu de prendre au hasard. Cela est surtout important pour les aliments qui périssent rapidement. Il est évident que tu n’as pas forcément besoin d’aller dans ce niveau de détail lorsque tu achètes des pâtes par exemple.

Etape 3 – Faits les courses

Cette étape peut sembler évidente, mais il y a tout de même quelques astuces à connaître afin de ne pas « détruire » tous les efforts que tu as faits pour en arriver là avec une liste de course optimisée :-).

  • Astuce 1 : ne jamais faire les courses sans une liste.
  • Astuce 2 : ne jamais faire les courses avant un repas ou le ventre vide.
  • Astuce 3 : éviter les grands centres commerciaux avec de nombreuses boutiques.
  • Astuce 4 : privilégier les heures creuses aux heures de pointe.
  • Astuce 5 : éviter les portions au format « mini ».
  • Astuce 6 : ne tombe pas dans le piège des fausses actions.

L’astuce 1 est évidente surtout si tu as compris et fais correctement l’étape 2 de cet article. De manière plus générale, si tu fais des courses sans une liste, tu seras plus tenté d’acheter tout et n’importe quoi. Tu auras certes des habitudes, mais il y a de fortes chances que tu achètes trop et qu’en plus tu vas devoir jeter des aliments périssables, car tu n’as pas pu les consommer dans les temps.

L’astuce 2 peut sembler marrante au premier abord, mais il a été prouvé que si tu vas faire des courses lorsque tu as faim, tu seras tenté d’acheter des choses que tu as envie sur le moment à cause de ta faim. On va donc privilégier des horaires juste après le repas de midi ou après un petit-déjeuner copieux.

L’astuce 3 est destinée aux personnes qui aiment faire du shopping et flâner dans les magasins. Pas chance, ni moi ni Madame GP aiment ceci donc pas de soucis pour nous d’aller dans un grand centre commercial. Par contre, si toi ou ton conjoint aime faire les boutiques, je te conseille de suivre cette astuce et de privilégier les magasins d’alimentation uniquement.

L’astuce 4 permet d’éviter la foule dans les magasins. Il est plus agréable de faire ces courses dans des magasins pas trop bondés (surtout en période Covid-19). En fait, cette astuce te permet d’être moins stressé lors de tes courses. Si tu te sens bien dans le magasin, tu vas prendre plus de temps pour choisir les bons articles. Tu vas prendre le temps d’évaluer les actions, les différents produits et de prendre les produits qui te conviennent le mieux en fonction de tes intérêts (économie, actions, bio, végétarien, végane, etc.).

L’astuce 5 est quelque chose de bien connu. Plus le format et petit ou le produit transformé, plus le prix au kilo est élevé. L’idée ici n’est pas de prendre systématiquement les plus gros formats, mais surtout d’éviter de prendre les petits formats. C’est à ce moment que tu vas pouvoir apprécier d’avoir pris le temps de noter les quantités nécessaires de chaque article de ta liste de course ! Grâce à ça, tu vas pouvoir acheter le format le plus adéquat à tes besoins d’un point de vue économique et tu vas aussi éviter le gaspillage alimentaire. L’exemple ci-dessous est flagrant ! Les petites Perles de Mozza (à gauche) sont le double du prix que le bloc de 300 grammes (à droite).

Différence de prix entre 4 produits identiques mais en format mini ou déjà travaillé (Migros)

L’astuce 6 n’est que trop peu appliquée. Ce n’est pas parce qu’une action affiche en grand -25 % sur une marque spécifique de jambon cru, au début du rayon charcuterie, que c’est le jambon cru le moins cher du rayon ! Bien évidemment, il existe des bonnes offres et tout dépend de l’usage que tu vas faire du produit. L’objectif ici est de se poser la question de quelle qualité de produit tu as besoin et envie pour ton plat. Par exemple, je ne vais pas prendre la même qualité de jambon à l’os si je veux l’utiliser pour des croissants au jambon ou si c’est pour le manger comme plat principal avec du fromage.

Pour terminer, l’astuce 7 consiste à toujours regarder les prix au kilo ou par 100 grammes. Tu retrouveras cette information sur tous les produits.

Je te l’avais prévenu, les courses sont une étape à part entière qu’il ne faut pas négliger ! Même si cela fait beaucoup de règles d’un coup, elles vont devenir des automatismes dans ton quotidien et tu feras tes courses avec plaisir !

Etape 4 – Cuisine et mange !

Te voilà enfin au moment qui va devenir le plus sympa ! Tu commences une semaine avec des menus quotidiens qui te font envis et tu n’auras plus le souci de réfléchir à tes repas durant une semaine ! Ce n’est pas beau ça ? Niveau cuisine, je n’ai pas réellement de conseils à donner et encore moins sur la façon dont tu vas manger 🙂

La seule chose que je recommande ici, c’est de ne pas jeter les restes ou surplus de nourriture ! Certains plats sont même meilleurs, le lendemain, comme par exemple les lasagnes ou les pâtes à la bolognaise ! Si tu as des restes, assez pour faire un repas, n’hésite pas à repousser un repas que tu avais prévu à une autre fois. Repousse les repas qui contiennent les aliments qui se gardent le plus longtemps, car tu pourras sûrement remettre ce repas repoussé ou une partie des aliments sur ta prochaine semaine 🙂

Conseil n° 3 – Budgétise correctement tes sorties au restaurant

Les sorties au restaurant rentrent dans le cadre de cet article, car elles peuvent vite être une source importante de dépense. On l’a vu et expliqué dans cet article, manger au restaurant dans le cadre du travail est une grosse source de dépense. Cependant, il ne faut pas non plus négliger les dépenses liées aux sorties en famille ou ami dans ces mêmes restaurants. Je ne vais pas m’attarder sur ce conseil, mais comme tout autre loisir ou activité, je te conseille de réfléchir au budget que tu désires allouer pour tes sorties au restaurant ! Si ce n’est pas déjà fait, je t’invite à consulter mon article qui explique pourquoi le maintient d’un budget est la base de tout pour commencer à augmenter ton taux d’épargne.

Autres conseils en vrac

  • Si tu as la chance d’habiter proche de la frontière, il y a beaucoup de produits moins cher de l’autre côté.
  • Utilise les programmes de fidélité de la Migros. Tes achats te permettent d’accumuler des points qui se transformerons en cash (bons bleus).
  • Profite des systèmes de cashback des cartes de crédit. Une bonne carte de crédit est par exemple celle offerte par la Migros !
  • Profite de certaines périodes d’actions spécifiques pour acheter des aliments non périssables en gros (riz, pâtes, café, farine, sucre, huiles, etc.)
  • Fait ton propre pain et pâtes à gâteaux
  • Cultive tes légumes et herbes aromatiques

Conclusion

Comme tu l’as compris, la nourriture et l’alimentation en règle générale est une source importante de dépense qu’il vaut réellement la peine de contrôler ! A toi de fixer tes priorités mais en appliquant totalement ou une partie de ces conseils, tu vas pouvoir réduire de manière considérable tes dépenses liées à l’alimentation et éventuellement investir cet argent ailleurs.

Autres articles qui pourraient t’intéresser

4 réflexions sur “Checklist – frugalité – La nourriture”

  1. Hello

    Je me permets de partager encore quelques petites astuces:

    – Si tu as la chance d’habiter proche de la frontière il y a beaucoup de produits moins cher de l’autre côté …

    – Autrement pour les produits frais je privilégie la Migros grâce à son programme de fidélité (Bon bleus) et la maximisation des points Cumulus grâce à leur carte de crédit sans frais.

    – Toujours regarder le Prix au KG ou Grammes sur les produits, comme dans ton exemple de la Mozz’ …

    – Sur les applications mobiles telles que celle pour la Migros c’est hyper facile de se créer des listes de courses et avoir les prix actualisés.

    – Il faut profiter à certaines périodes d’acheter les produits qui durent longtemps, par exemple se faire des stocks de farine, sucre, pâtes, sel, huiles, etc. lorsqu’il y a des promos intéressantes sur les grandes quantités (mais effectivement ça demande de la place et de la méthodologie!) – par exemple j’achète le café 1x / année mais à des prix imbattables.

    On va aller encore plus loin et essayer les points suivants:

    – Faire son propre pain grâce à une machine à pain qu’un ami m’a donné
    – Faire pousser ses propres légumes et herbes aromatiques grâce à une jardinière installée sur notre balcon

    Voilà, en espérant que cela puisse vous servir.

    A+

    1. salut et merci beaucoup pour ce beau complément et partage d’information ! Tout ce que tu dis est correct à mon sense. Je mettrais à jour cet article avec tes inputs ! merci beaucoup !

  2. Hello,
    Merci pour cet article. J’ai rarement vu une explication autant complète du processus (mentalité, planification, liste de courses, liste de repas, etc.) Franchement, chapeau !

    Petites questions pour toi :
    – Est-ce que tu arrives à t’y tenir et à ne pas aller manger en ville au boulot ? (ça dépend si tu bosses en télétravail j’imagine)
    – Question un peu similaire : est-ce que tu tiens le planning des repas de la semaine, ou tu es flexible ? Car je fais à peu près la même chose que toi, mais il arrive souvent que je fasse des échanges, par exemple si des restes non-prévus s’accumulent, j’intercale un repas de restes et décale les autres repas par exemple.

    Merci. Je me réjouis de lire ton prochain article !

    1. Hello Arturo et merci pour ton commentaire. Je suis pas mal au bureau ces temps et j’arrive on va dire a résister à la tentation à hauteur de 80%. J’avoue qu’on a pris une habitude le vendredi midi de faire des repas entre collègues. Sa ne me pose pas de soucis de le faire de temps en temps car j’apprécie réellement ces moments et du moment que c’est budgétiser ça me va 🙂 J’ai quelques astuces pour éviter d’être trop tenté comme par exemple bosser certains jours à la maison, prendre un congé un après-midi ou encore aller faire du sport sur l’heure de midi.

      Alors oui nous sommes très flexibles. Peu importe à quel moment tu manges quoi. L’importance pour moi c’est d’arriver à consommer mes repas plannifiés et surtout d’éviter de devoir jeter de la nourriture ou d’avoir des surplus. Il m’arrive aussi d’avoir un repas trop copieux pour un repas donc nous mengeons le reste le jour suivant et on décale le reste. Il arrive parfois également que nous n’avons pas envi de tel ou tel repas un soir donc on inverse avec un autre 🙂 Au final, cette façon de faire nous convient car on arrive consommer entre 90 – 100% de ce qu’on achète !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *